logo les belles affiches

Les belles affiches > analyses d'affiches

L'origine de la violence

Eli Chouraqui, 2016

Prochain film d'Eli Chouraqui, donc évènement, donc prochaine analyse des belles affiches. L'homme sait tout faire : produire, réaliser, écrire, interpréter, et plutôt à l'aise pour filmer des quêtes de soi douloureuses. Avec une carrière débutée à la fin des années 70, Eli s'est forgé une réputation à échelle internationale notamment depuis le magnifique Harrison's Flowers [...] Cliquez ici

Pseudonym

Thierry Sebban, 2016

Premier long métrage de Thierry Sebban. Repéré en 2003 par Claude Berri grâce à son court intitulé « Soyons attentifs », il se lance à présent dans un sujet difficile : le « dark web ». Le film peut agacer ou faire sourire par moment, un peu à l'instar d'Hostel (Eli Roth, 2005) où des riches pervers torturent pour le plaisir de simples innocents. Heureusement son rythme, sa musique et les questions qu'ils soulèvent ne laissent pas indifférent, loin de là [...] Cliquez ici

♥ The Revenant

Alejandro González Iñárritu, 2015

Aujourd'hui on se penche sur le nouveau chef d'oeuvre du latino Iñárritu. Grand habitué des récompenses et de la critique positive, le bel Alejandro nous gratifie à chaque fois d'une affiche qui claque et il peut arriver qu'une belle affiche cache un (très) bon film. Dans ce cas précis, les tronches de DiCaprio et Tom Hardy se confondent avec la forêt du Grand Nord grâce à une astuce Photoshop bien connue des graphistes mais utilisée avec une colossale finesse [...] Cliquez ici

Demolition

Jean-Marc Vallée , 2016

Scénario totalement improbable mais qui prouve le dynamisme du cinéma canadien actuel. Le collectif québecois Roadkill Superstar, Denis Villeneuve ou l'équipe de Ghostpuncher ont récemment tapé dans l'oeil de notre microscope [...] Cliquez ici

Mad Max Fury Road

George Miller, 2015

affiche fury road

Les plus cinéphiles d’entre vous auront noté à quel point la version française du Road Warrior australien vient loucher sur une autre affiche française, le très raffiné La Horde sortie en 2009 ? Le duo cinéphile Dahan & Rocher nous balance un tomahawk d’une sauvagerie rarement atteinte dans le cinéma camembert. Bourrin, gratuit mais foutrement bon que ce film de zombies bien de chez nous... comme quoi quand on veut se sortir les doigts il suffit de le faire. A noter la forte présence d’Yves Pignot, le gentil papi Le Kervelec du short-com "En famille" à total contre emploi en beauf prolo coincé dans sa barre HLM [...] Cliquez ici

Captain America

Joe Johnston, 2011

captain america

Le côté comic book rétro-moderne des affiches du Capitaine Amérique représente la gloire de l’Oncle Sam en contre-plongée. On se croirait en pleine guerre froide à manger la propagande de Washington. Pas étonnant dans un sens, puisque la BD est apparue en décembre 1940 sous le crayon aiguisé de Jack Kirby et Joe Simon en réaction à la tyrannie nazie contre laquelle les Etats-Unis intervinrent militairement quelques années plus tard. Voyons en détail ce qui se cache derrière le bouclier blindé de Chris Evans [...] Cliquez ici

Hyena

Gerard Johnson, 2015

Deuxième long métrage du britannique Gerard Jonhson après Tony sorti en 2009. Le visuel ? Un coup de feutre qui claque comme un fouet car d'une sobriété extraordinaire signé Gary Dalton du studio londonien Empire Design [...] Cliquez ici

Inherent Vice

Paul Thomas Anderson, 2014

Sublimissimes séries d’affiches que nous propose le méga talentueux Paul T. Anderson pour son dernier bijoux : Inherent Vice, adapté du roman éponyme du new-yorkais Thomas Ruggles Pynchon, avec le fantastique Joachim Phoenix [...] Cliquez ici

Les 8 salopards

Quentin Tarantino, 2015

Quentin est un cinéphage boulimique passionné et ça se voit jusque dans ses affiches. La dernière en date avec son trombinoscope de stars second rôle et ses cowboys nous tournant le dos rappelle celle de l'inoubliable Il était une fois dans l'Ouest de l'immense Sergio Leone (1968), un film que Tarantino emmènera dans sa tombe. Comme Sergio Quentin filme en Panavision, soigne son casting et colle des pardessus à ses personnages. Même la typo du titre est la même ou presque. 47ans d'écart entre les deux westerns mais le même amour de la belle affiche [...] Cliquez ici

Love & Mercy

Bill Pohlad, 2014

Le génie créatif coûte cher et fait souvent mal à la tête. Mise à part les doses d'efferalgan dépassant la normale, Brian Wilson a surtout subi un père tyrannique, un psy sans scrupule et le soleil californien qui tape décidément trop fort en été, ce qui aboutit logiquement à une vie de couple chaotique d'où dépression chronique, prise de médicaments douteux, alcool, prise de poids et talent précoce disparu trop tôt [...] Cliquez ici

♥ Braqueurs

Julien Leclercq, 2016

Pendant que les journalistes se tapent des quiches sur la Croisette, Sami et sa bande braquent la Brinks à Paris. Leur routine va bientôt exploser à cause du petit frère qui veut devenir trop grand trop vite. Coke, fusillade, rebondissements, banlieue, code d'honneur, Michael Mann et Brian dePalma ne sont pas loin mais c'est oublier que la France est bien le pays du genre par excellence. Preuve à l'appui : avec moins de salles qu'Un homme à la hauteur de Laurent Tirard, le film de Julien Leclercq enregistre plus d'entrées [...] Cliquez ici